Observatoire de l'aire britannique (OAB)

 Le groupe « Observatoire de l’aire britannique » a été créé en septembre 2012 par les enseignants-chercheurs en poste à l’Université Paris Nanterre, dont l’enseignement et la recherche se rattachent à l’étude de l’aire britannique, abordée du point de vue de ses évolutions à travers l’histoire et ses réalités contemporaines. Les sociétés anglophones qui sont issues de l’empire britannique relèvent aussi du projet de compréhension que le groupe veut continuer d'impulser dans les années à venir.

Une double hypothèse sous-tend le projet porté par le groupe : (1) le constat (de bon sens, banal) que la connaissance de l’aire britannique est une affaire de « longue durée » et que les « siècles anciens » travaillent puissamment dans le présent le plus contemporain de ce monde. Il faut donc, pour fonder la compréhension du présent de l’aire britannique, s’attacher à la compréhension la plus rigoureuse de sa « grammaire civilisationnelle » ; (2) l’hypothèse d’une éclipse ou d’un affaiblissement de la puissance américaine, rendant possible, dans un champ mondialisé arrivé à son stade actuel (un stade caractérisé par la co-extension entre « l’économie-monde » à dominante capitaliste et libérale et l’aire effective de la planète), la reprise par la Grande-Bretagne d’une primauté au sein de l’anglophonie, voire au-delà, notamment à travers la panoplie d’un soft power britannique se déployant par l’omniprésence homéopathique de certains agents ou facteurs relevant de ce paradigme britannique. En d’autres mots, il s’agit de prendre au sérieux l’étude d’une manière britannique (ou anglaise ?) de penser et d’agencer le monde, de poursuivre donc la réflexion diachronique sur l’émergence de ce « paradigme britannique », couplée à l’étude sur son déploiement politique et culturel contemporain.

Actualités du groupe OAB

Mis à jour le 25 février 2017